Identifier et analyser les différents facteurs d’acceptabilité sociale liés aux infrastructures de traitement des matières résiduelles : voilà le mandat que la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a confié à Transfert Environnement et Société en 2010.

Transfert a alors réalisé une analyse rigoureuse et richement documentée, qui a permis à la CMM d’analyser les différentes options de ses projets futurs sous un nouveau regard, soit celui de l’acceptabilité sociale. Les résultats découlent de l’analyse de 25 cas d’étude tant en lien avec l’implantation d’infrastructure de gestion des matières résiduelles ici et ailleurs que de projets couvrant les secteurs géographiques de la CMM. Le rapport a été présenté à plusieurs reprises lors de colloques et formations, et suscite toujours autant d’intérêt de la part des acteurs municipaux.

Cet outil d’évaluation de l’acceptabilité sociale, ici appliqué à la gestion des matières résiduelles, peut être utilisé dans d’autres secteurs d’activités. Il s’inscrit dans l’approche participative préconisée par Transfert pour rechercher le consensus social et réunir les conditions d’une acceptabilité sociale à toutes les étapes et auprès de toutes les parties prenantes.